.

10/11/2010

Lettre de l'IPP à Mme Bachelot du 09 Novembre 2010


Madame le Ministre,

Nous avons appris, par voie de presse,  que lors de la journée de l’Association des établissements participant au service public de santé mentale (ADESM),  il a été tenu des propos extrêmement  préoccupants pour  le corps professionnel des psychiatres des hôpitaux et pour l’organisation de la psychiatrie publique en général.

Le système indemnitaire et les primes que la profession avait obtenus ont été remis en cause.

Parallèlement, il semblerait que l’organisation en pôles de la psychiatrie, que la majorité la profession souhaite voir organiser selon le principe d’un pôle égale un secteur, ou tout au moins, une organisation en pôles ne pouvant être établie contre la volonté du corps médical de l’établissement, ait été battue en brèche et mise en cause.

Ces éléments sont préoccupants mais  ne provoqueraient pas à eux seuls, de notre part, une lettre au Ministre de la Santé.

En revanche, il semblerait d’après, par exemple, une dépêche des APM datée du 8 novembre 2010, qu’une représentante de la DGOS ait publiquement déclaré « un pôle égale un secteur n’est pas vraiment l’esprit de la loi HPST, cela n’aura échappé à personne » et, par ailleurs, concernant l’attribution des primes, que la représentante de la DGOS ait souligné que  le corpus réglementaire « avait changé » et que les directeurs devaient « gérer cette transition » qui se traduisait, dans certains cas par « des primes qui ne sont plus versées ».

Ces faits nous inquiètent au plus haut point et vont à l’encontre, à la fois de toutes les lois sur la psychiatrie publique et de tous les accords et négociations que nous avions  menés avec les divers ministères.

Ils sont contraires, aussi, à la bonne marche de nos hôpitaux et à la sérénité dans la profession,  surtout en ces temps où il est question de réformes de nature sécuritaire concernant la psychiatrie et où nous réclamons, avec insistance, ainsi que les usagers, les familles, les présidents de CME et l’ensemble de notre milieu, une loi Santé mentale pour adapter la loi HPST à la psychiatrie.

Nous aimerions très vivement, Madame le Ministre, être rassurés sur ces points, qui provoquent des remous et une profonde inquiétude dans nos hôpitaux, et nous vous prions d’agréer l’expression de nos salutations les plus respectueuses.



Dr J.C. PENOCHET,  Président du SPH  et Président de l’IPP.   
Dr  N. SKURNIK, Président de l’IDEPP et Vice Président de l’IPP



1 commentaire:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Archives du blog