.

06/11/2011

communiqué IPP du 05/11/2011

INTERSYNDICALE DES PSYCHIATRES PUBLICS (IDEPP et SPH.)
Communiqué du 5 novembre 2011

Le directeur de L’EPS de Ville-Evrard n’a pas prolongé le Dr Théodore, président sortant
de la CME, dans ses fonctions de chef de pôle. L’IPP dénonce cette sanction à l’encontre
de celui qui a représenté avec ardeur la communauté médicale durant deux mandats et
dont la carrière hospitalière est exemplaire. Il s’agit d’un véritable acharnement. Le
directeur avait déjà émis il y a quelques mois un avis négatif à la prolongation des fonctions
de praticien au-delà de 65 ans de ce médecin. Heureusement, le Centre National de
Gestion ne l'a pas suivi, après examen approfondi du dossier.
Cette sanction s’inscrit dans un contexte d’extrême tension entre la communauté médicale
et la direction. La gestion de l’EPS de Ville-Evrard est devenue une caricature des dérives
que peut permettre la loi HPST en matière de gestion du personnel médical. La direction
ouvre sans arrêt de nouveaux conflits avec le corps médical. La responsable du personnel
médical est partie et ne sera pas remplacée avant plusieurs mois. La direction ne tient
aucun compte des avis des instances, ne tient pas compte de l’indication donnée par le
CNG et semble même échapper au contrôle de l’ARS. Elle a récemment brutalement
suspendu une action de coopération avec le Burkina Faso qui durait depuis plusieurs
années sans explication ni préoccupations par rapport aux patients et aux équipes
engagées dans cette action.
Seul le recours au tribunal administratif permet actuellement d’obtenir le respect des
statuts. L’EPS de Ville-Evrard vient à nouveau d’être condamné par cette juridiction à
verser l’indemnité d’activité sectorielle et de liaison à un praticien à qui elle était indument
refusée. Une dizaine d’autres procédures sont en cours devant cette instance.
On ne voit pas comment peut perdurer un tel « management » à la tête du plus important
hôpital psychiatrique de France dans un département où les besoins en santé mentale sont
particulièrement préoccupants.
Dr Norbert Skurnik, président de l’IDEPP
Dr J.Claude Pénochet, président du SPH

Aucun commentaire:

Archives du blog