.

13/12/2011

Le point sur la situation dans le territoire de santé Mentale du nord de l'Essonne



Nous rappelons que la population des secteurs Nord 91G10 et 91G11 s'adresse au Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint Georges pour toutes les urgences, tant somatiques que psychiatriques.


C'est dans cette logique de territoire de santé mentale du Nord de l'Essonne que le Directeur du Centre Hospitalier Sud-francilien a demandé, début 2009, le rattachement administratif des secteurs de psychiatrie 91G10 et 91G11, à Monsieur METAIS, alors Directeur de l'Agence Régionale d'Ile de France.

Ce dernier a reconnu l'existence d'un territoire de santé spécifique à cheval sur deux départements.

La CME du Centre Hospitalier sud-Francilien, puis celle du Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint Georges ont donné un avis favorable au rattachement en septembre 2009.

Dans l'agence de presse médicale (A.P.M.) du 6 octobre 2010, Monsieur Claude EVIN, Directeur de l'Agence Sanitaire d'Ile de France, a déclaré que la proposition médicale de rattachement au CHIV, faite par le secteur du 91G11, allait être retenue.

Depuis, des rencontres avec l'ARS ont eu lieu et un projet médical pour le Nord de l'Essonne est en cours d'élaboration.

Le projet de santé mentale du Nord de l'Essonne, s'inscrit, dans une collaboration large avec la psychiatrie du Sud-Francilien, dans le cadre d’un territoire de santé mentale régionale.

Le territoire de santé Mentale du nord de l'Essonne se trouve actuellement en difficulté, en particulier le secteur 91G11, qui voit ses moyens soignants diminués progressivement. Ce secteur dessert une population de 90 000 habitants répartie en 6 communes et comprend 7 unités fonctionnelles.

Un manque en personnels infirmiers et maintenant médicaux a entrainé la fermeture de 5 lits d'hospitalisation temps plein, récemment la réduction d'activité du CATTP, la fermeture épisodique d'un hôpital de jour à peine ouvert et des difficultés à maintenir les activités des autres lieux de soins.

Nous demandons le maintien des effectifs actuels, déjà au minimum, pour que le secteur du Val d'Yerres retrouve la capacité de prendre en charge une population en difficulté, au moment où se dessine un rapprochement avec le Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges.

Fait à, Yerres, le 13 décembre 2011


Aucun commentaire:

Archives du blog