.

17/07/2012

dépèche APM du 09/07/12

La CHT parisienne pour la psychiatrie soumet son projet à l'ARS Ile-de-France
PARIS, 9 juillet 2012 (APM) - Les instances préfiguratrices de la communauté hospitalière de territoire (CHT) parisienne pour la psychiatrie ont adopté le projet médical et le projet de convention qui sont soumis à l'Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France, a-t-on appris vendredi auprès de ses responsables.


La CHT, dont l'élaboration a été lancée début 2011, réunit le centre hospitalier Sainte-Anne, le groupe public de santé (GPS) Perray-Vaucluse et l'établissement public de santé (EPS) Maison-Blanche, ainsi que deux "membres associés", les Hôpitaux de Saint-Maurice dans le Val-de-Marne (pour l'EPS Esquirol) et l'Association de santé mentale du XIIIème arrondissement (ASM 13) (cf APM HMOG6006).

Le conseil de communauté a voté mardi le projet médical, après son approbation le 30 juin par la commission médicale d'établissement (CME) de la CHT, a indiqué à l'APM le Dr Norbert Skurnik, président de la CME de la CHT.

Le projet de convention a également été adopté, a indiqué à l'APM Jean-Luc Chassaniol, président du bureau exécutif de la CHT et directeur du CH Sainte-Anne.

L'ARS Ile-de-France devrait communiquer d'ici début septembre ses observations et remarques sur le projet, ont précisé les deux responsables.

Un comité de pilotage se réunira le mercredi 12 septembre pour examiner les éventuelles demandes de changement. Les instances des établissements se prononceront courant septembre et l'adoption finale est programmée mardi 16 octobre. La CHT sera officiellement créée par la signature de la convention constitutive, qui interviendra après cette adoption.

Le projet médical de la CHT affiche un objectif de "parcours de soins de qualité" et de "prise en charge coordonnée".

"Nous avons conçu une CHT ouverte aux autres partenaires, le médico-social, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), la médecine de ville et la mairie de Paris", souligne Jean-Luc Chassaniol. "Ce n'est pas un projet hospitalo-centré et ce n'est pas une fusion, nous avons bien insisté là-dessus. Aucune décision ne sera prise par l'établissement siège de la CHT [le CH Sainte-Anne, ndlr] mais toujours par les instances de la CHT".

"C'est une gouvernance nouvelle pour que les établissements travaillent mieux ensemble. Il y a une différence majeure avec une CHT de médecine ou de chirurgie, c'est qu'il n'y a pas de problématique de regroupement de plateaux techniques et donc de déplacements de personnels. On ne va pas déplacer les personnes d'un secteur d'un arrondissement vers un autre secteur".

Pour répondre à une critique émise par les syndicats de personnels, la CHT comprendra un comité technique d'établissement (CTE) central. "Je pense que les craintes des salariés sont apaisées", estime Jean-Luc Chassaniol.

Le projet médical est structuré selon les quatre niveaux d'intervention de la CHT: proximité et secteur, niveau intermédiaire (environ 200.000 habitants), Paris, région, a précisé Norbert Skurnik.

NUMERO VERT D'URGENCE

Un des objectifs est de garantir une "offre minimale de proximité" à tout patient, notamment avec des horaires d'ouverture minimale des centres médico-psychologiques (CMP) et des plages de consultations ou de soins sans rendez-vous.

Un "numéro vert" serait mis en place afin de disposer 24 heures sur 24 d'un accueil téléphonique pour les acteurs de santé, les patients et leur famille. Il sera basé sur un annuaire exhaustif du dispositif psychiatrique mis à jour en temps réel.

Le projet prévoit la création d'une unité d'hospitalisation pour pré-adolescents (10-15 ans) souffrant de pathologies psychiatriques aiguës (implantée à l'Institut de puériculture de Paris que le CH Sainte-Anne a repris en partie) et d'une instance de coordination pour la prise en charge des patients psychotiques au long cours, avec l'objectif de trouver des structures sanitaires, médico-sociales ou sociales adéquates.

La CHT souhaite développer un axe "neuro-cognition" en profitant de la présence du pôle de neurosciences du CH Sainte-Anne ainsi que des recours spécialisés pour la région. De même, elle souhaite étudier la possibilité de création de "postes hospitaliers régionaux à temps partagé", entre un établissement parisien et un établissement de périphérie, pour résoudre des difficultés de recrutement.

Plusieurs "expériences pilotes" en cours ou prévues seront suivies par une instance ad hoc: l'équipe mobile de pédopsychiatrie en convention avec l'aide sociale à l'enfance, l'équipe mobile de pédopsychiatrie-précarité, les équipes ou dispositifs mobiles intersectoriels mis en place dans les établissements de la CHT, l'organisation de recours en géronto-psychiatrie, le projet "Accès au droit et santé mentale" et le projet pilote de soins somatiques en psychiatrie "Psysom".

hm/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com

HMPG6003 09/07/2012 17:13 ACTU

Aucun commentaire:

Archives du blog