.

15/10/2012

Fin du rapprochement inconditionnel entre SPH et IDEPP

Chers Amis

Voici la dépêche APM qui relate la fin du rapprochement inconditionnel entre SPH et IDEPP…


Il est évident que si nous avions été plus nombreux à vouloir l'unité et donc inévitablement, se rapprocher du SPH , les forces en présence auraient été équivalentes et le respect des pluralités allait alors de soi… On ne refera pas l’histoire et nous nous orientons maintenant vers une autre forme de rapprochement de type « fédération ».

Et surtout, nous ne souhaitons pas entretenir de polémique avec qui que ce soit, afin de préserver toute possibilité d'actions communes des psychiatres publics dont nous aurons bien besoin rapidement face aux coups économiques et institutionnels que le secteur s'apprête à recevoir.

Alain Mercuel, Gilles Vidon, Stéphane Bourcet, Norbert Skurnik


PARIS, 10 octobre 2012 (APM) - Le Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) a officialisé, lors de son assemblée générale la semaine dernière, l'échec du processus de fusion avec l'Intersyndicale de défense de la psychiatrie publique (Idepp), démarré à l'automne 2011.

"Le SPH a pris acte de l'impossibilité à ce jour de concrétiser les objectifs fixés en AG 2011 selon un calendrier commun avec l'Idepp".

Néanmoins, le SPH "renouvelle son engagement à voir aboutir la naissance d'un nouveau syndicat de psychiatrie rassemblant les différents syndicats de psychiatrie publique soucieux de défendre les valeurs et les pratiques de la discipline".

"Il s'engage à poursuivre l'édification d'une maison commune aux praticiens de service public de psychiatrie".

Le SPH a aussi indiqué qu'il poursuivrait sa participation à des "actions collectives" au sein du comité de liaison de la psychiatrie publique, du Comité d'action syndical de la psychiatrie (regroupant psychiatres publics et privés) et le "partenariat avec les acteurs de la santé mentale".

Joint mercredi par l'APM, le président de l'Idepp, Alain Mercuel, a confirmé l'échec du processus.

Lors de l'assemblée générale 2011 du SPH, ce syndicat et la majorité de l'Idepp avaient annoncé leur décision de fusionner en mars 2012 (cf APM HMNC9002).

Des dissensions étaient apparues en février quand le SPH et l'Idepp avaient publié séparément deux documents sur leurs priorités pour la psychiatrie, alors qu'un livre blanc commun avait été annoncé, rappelle-t-on.

L'Idepp regroupait au départ le Syndicat des psychiatres de secteur (SPS) et le Syndicat des psychiatres d'exercice public (Spep). Mais un premier regroupement avec le SPH sous la bannière de l'Intersyndicale des psychiatres publics (IPP) en mars 2010 avait provoqué le départ d'une partie des membres du Spep, qui s'est maintenu en entité autonome.

Le processus de fusion a notamment achoppé lors des discussions sur la question de l'appartenance du futur syndicat à une intersyndicale de praticiens hospitaliers, a indiqué à l'APM le président du SPH, Jean-Claude Pénochet.

"L'Idepp a énoncé plusieurs préalables dont la détermination, sans possibilité de modification ultérieure, de l'appartenance du futur syndicat à une intersyndicale".

Le point est épineux dans la mesure où les présidents de deux intersyndicats de PH, Jean-Claude Pénochet pour la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) et Norbert Skurnik pour la Coordination médicale hospitalière (CMH), sont respectivement président du SPH et vice-président de l'Idepp, note-t-on.

"Au SPH, nous ne souhaitions pas décider avant la constitution de la nouvelle entité, il fallait la laisser libre de décider puisque c'était un nouveau départ, sinon cela aurait été anti-démocratique".

Pour Alain Mercuel, les désaccords sont apparus au printemps 2012 car le SPH voulait "une simple absorption" de l'Idepp sans négocier un accord sur "les règles de la démocratie interne et l'expression du pluralisme des points de vue" dans le nouveau syndicat. "Nous n'avions pas de garantie de réelle démocratie dans la nouvelle entité".

L'échec n'a pas été officialisé avant car les syndicats ont été plus occupés par la période électorale et les nouvelles perspectives offertes par le changement de majorité politique, a-t-il ajouté.

Le SPH va renouveler son bureau en mars 2013, à l'issue d'un processus électoral qui démarre en décembre. Le syndicat revendique 1.100 adhérents à jour de cotisation.

hm/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com

Aucun commentaire:

Archives du blog