.

27/12/2012

dépèche APM du 26/12/12

PARIS, 26 décembre 2012 (APM) - L'Association nationale des psychiatres présidents et vice-présidents de commission médicale d'établissement (ANPCME) ont fait part mercredi de leur "consternation" après la condamnation d'une psychiatre pour homicide involontaire, du fait d'un meurtre commis par un de ses patients.


De nombreuses organisations syndicales ont exprimé leur soutien au Dr Danièle Canarelli, exerçant au centre hospitalier Edouard Toulouse à Marseille, condamnée à une peine de prison d'un an avec sursis pour homicide involontaire parce qu'un de ses patients avait commis un meurtre (cf APM SNPLL006, APM HMPLK001 et APM VGPLO002).

Dans son communiqué, l'ANPCME "réaffirme que le risque zéro n'existe pas dans la prise en charge psychiatrique" et "s'inquiète des conséquences délétères que ce jugement va avoir sur les pratiques soignantes si les psychiatres doivent exercer dans la crainte constante d'une sanction pénale".

L'association "alerte sur le risque de restriction à terme des libertés individuelles subies par les patients", rappelant qu'ils sont "plus souvent victimes qu'auteurs de passages à l'acte hétéroagressifs".

L'ANPCME "souhaite que les psychiatres hospitaliers puissent continuer à exercer leur mission sereinement car s'ils mettent quotidiennement en oeuvre, dans le respect des droits du patient, les moyens nécessaires pour assurer une prise en charge adaptée et de qualité, ils ne pourront jamais éliminer toute prise de risque de leur pratique".

Avant le début du procès, l'association s'était alarmée d'un risque de désignation du psychiatre comme "bouc émissaire" des passages à l'acte violents de certains patients (cf APM HMPIJ004).

vg/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com

VGPLQ001 26/12/2012 15:35 ACTU

Aucun commentaire:

Archives du blog