.

04/02/2013

dépèche APM du 01/02/13

Objet: Représentation des praticiens à l'hôpital: les présidents de CME s'indignent des propos de la CPH et d'Avenir hospitalier


PARIS, 1er février 2013 (APM) - Les conférences de présidents de commission médicale d'établissement (CME) de centre hospitalier (CH), de centre hospitalier spécialisé (CHS) et de centre hospitalier universitaire (CHU) se sont indignées vendredi dans un communiqué des propos de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) et d'Avenir hospitalier les accusant de lobbying contre la création d'une représentation syndicale des praticiens au niveau des hôpitaux.

La CPH et Avenir hospitalier ont dénoncé jeudi dans un communiqué des actions de lobbying contre la proposition de représentation syndicale des praticiens au niveau des hôpitaux, qui pourrait figurer dans le futur pacte de confiance à l'hôpital (cf APM CBQAV006).

Deux sous-commissions pourraient être créées au sein du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), l'une pour le personnel non médical et l'autre pour le personnel médical, avec des représentants désignés pour moitié par la CME et pour moitié par les organisations syndicales représentatives (cf APM CBQAA001 et APM SNQAA004).

Lors d'un entretien à l'APM, le président de la conférence des présidents de CME de CHU, le Pr Guy Moulin, avait fait part de ses réserves sur cette mesure. Pour lui, s'il doit y avoir une instance de dialogue social, il faut qu'elle soit au sein de la CME ou que celle-ci soit majoritaire dans la section du CHSCT (cf APM SNQAS001).

Dans leur communiqué diffusé vendredi, les présidents des conférences de CME de CH, CHS et CHU "tiennent à faire part de leur indignation devant la teneur et la violence des propos tenus par certaines organisations syndicales à leur encontre".

Ils rappellent que "leur position concernant l'hypothèse de la mise en place d'une représentation médicale au sein du CHSCT est celle qu'ils ont toujours exprimée ouvertement au sein des groupes de travail de la commission sur le pacte de confiance" (cf APM SNQAS001).

Pour eux, cette position constitue "un des gages essentiels garantissant le bon fonctionnement des établissements".

"Les CME, qui sont représentatives de toutes les catégories de praticiens et démocratiquement élues, doivent voir leur prérogatives renforcées notamment en participant davantage au dialogue social au sein des établissements", soulignent-ils. "C'est une attente forte de l'ensemble de leurs communautés médicales qu'ils tiennent à faire reconnaitre".

Les présidents des trois conférences défendent le droit à la libre expression dans le cadre du débat légitime en démocratie mais "s'étonnent que ce droit leur soit dénié par toute organisation quelle qu'elle soit".

cb/ab/APM polsan

Aucun commentaire:

Archives du blog