.

25/09/2013

dépèche APm du 23/09/2013

Stratégie nationale de santé: Marisol Touraine définit cinq priorités "indispensables" de santé publique
PARIS, 23 septembre 2013 (APM) - La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a défini cinq priorités de santé publique qui lui paraissent "indispensables", lors de la présentation lundi des grandes lignes de la stratégie nationale de santé (SNS).


La prévention fait partie, avec les soins de premier recours et la démocratie sanitaire, des trois "piliers" de la stratégie nationale de santé, rappelle-t-on (cf. APM NCQIN002).

"La loi de 2004 [relative à la politique de santé publique] avait fixé plus d'une centaine d'objectifs. Chacun convient aujourd'hui qu'elle était trop complexe et ses actions trop disséminées", a assuré la ministre de la santé, qui a posé les bases de la "loi de santé" qui sera présentée en 2014.

"Des concertations en région vont s'engager avec les professionnels, les élus et les associations, en particulier de malades. La loi fixera ces priorités. Cinq d'entre elles me paraissent indispensables", a-t-elle précisé.

La première priorité, c'est la jeunesse de "0 à 25 ans, de la mortalité périnatale à la surmortalité des jeunes garçons, de la nutrition aux comportements addictifs".

La deuxième priorité est la lutte contre les addictions. "Le tabac tue 73.000 personnes par an et l'alcool près de 50.000", a précisé la ministre, sans faire allusion au Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-17, qui a été rendu public jeudi (cf APM VLQIJ002). "Combattre les addictions, c'est aussi s'attaquer aux maladies chroniques qui leur sont liées", a-t-elle ajouté.

La troisième priorité est la lutte contre le cancer pour laquelle "le président de la République a annoncé le lancement, en 2014, d'un troisième plan".

Les quatrième et cinquième priorités sont respectivement la santé mentale, "trop négligée au cours des dernières années", et les personnes âgées, qui "doivent faire l'objet d'actions spécifiques".

"Il nous faut des programmes d'action précis, mais aussi des indicateurs chiffrés pour mieux évaluer nos actions", a également expliqué la ministre. Pour cela, "nous inscrirons pour la première fois dans la loi des indicateurs d'état de santé par population". Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) devra tenir un "tableau de bord" de l'état de santé de la population, selon l'expression de Marisol Touraine.

"La loi de 2014 affichera également des objectifs chiffrés d'amélioration de la santé des Français", a assuré la ministre; ces objectifs "devront être déclinés localement pour s'adapter à la spécificité des territoires", par les agences régionales de santé (ARS).

Le médecin traitant, "pivot de la politique de prévention", sera "rémunéré pour ses actions de prévention, de coordination des parcours de soins ou de santé publique", a poursuivi Marisol Touraine, précisant que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 proposera "de nouveaux modes de rémunération des médecins", sur la lancée de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP).

Marisol Touraine conçoit cette politique de prévention "dès le plus jeune âge et tout au long de la vie". "Je veux qu'ensemble nous nous donnions 10 ans pour généraliser le 'réflexe prévention'", a-t-elle ajouté, donnant pour exemples la détection des problèmes de vue des enfants, la vaccination à améliorer, un meilleur dépistage des cancers du sein dans les milieux défavorisés.

Pour piloter l'ensemble de cette politique de santé publique, la ministre de la santé va proposer "au Premier ministre de mettre en place un comité interministériel sur la santé, dès le début de l'année prochaine".

Aucun commentaire:

Archives du blog