.

20/03/2015

dépèche APM du 19/03/15

Plan d'économies: l'effort demandé "à la portée" des "managers" hospitaliers (Jean Debeaupuis)
(Par Sabine NEULAT-ISARD, aux Journées de l'ADH)

PARIS, 19 mars 2015 (APM) - La réalisation de 3 milliards d'euros d'économies sur trois ans est "à la portée des établissements de santé et de leurs managers", a estimé jeudi le directeur général de l'offre de soins (DGOS), Jean Debeaupuis, lors des 23èmes Journées nationales de l'Association des directeurs d'hôpital (ADH).

Lors de son intervention, à l'ouverture des journées de l'ADH au Parc floral de Paris, Jean Debeaupuis a confirmé que sur les 10 milliards d'euros d'économies sur les dépenses d'assurance maladie prévues sur trois ans (2015-17), 3 milliards devaient être réalisés sur "l'Ondam établissements de santé" (cf APM SAN8NJAGPQ).

Il a précisé que les établissements de santé étaient également concernés par d'autres parties du plan, comme celles sur les prescriptions hospitalières en ville et les transports. "Ce sont des questions non négligeables sur lesquelles on peut progresser ensemble".

"L'effort demandé aux établissements de santé, dans le cadre de ce plan triennal, est ambitieux mais atteignable", a estimé le DGOS. Alors que l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) "établissements de santé" représente 42% de l'Ondam global, l'effort d'économies demandé aux hôpitaux représente 30% des 10 milliards d'euros d'économies, a-t-il fait remarquer.

"La préservation, autant que possible, des ressources des établissements, en particulier ses ressources humaines, rares, a été prise en compte dans la répartition des efforts entre les acteurs" et chaque acteur participera "de façon équitable" à l'effort demandé, a affirmé Jean Debeaupuis.

"Ma conviction est que cet effort est à la portée des établissements de santé et de ses managers", sachant que les ressources des établissements "vont progresser dans les années à venir", a-t-il déclaré en rappelant que l'Ondam hospitalier progressait de 2% en 2015, soit "1,5 milliard d'euros supplémentaires".

Il a également observé que les économies (730 millions d'euros en 2015) proviendront d'une "transformation accrue des modes des gestion et des modalités de prises en charge, des économies sur les achats et sur les médicaments ou des transformations organisationnelles de toute nature, notamment dans le cadre du virage ambulatoire".

ACHATS: 40% DES ECONOMIES

Les économies sur les achats doivent représenter 40% des 3 milliards d'euros, a-t-il précisé.

Il a indiqué que les progrès "très importants" avaient déjà été faits dans ce domaine, "grâce à l'implication des chefs d'établissement", et avaient permis d'atteindre des objectifs "ambitieux". "La marge de progression est encore importante et l'objectif 2015 (350 millions) est à notre portée", a-t-il affirmé.

S'agissant du virage ambulatoire, Jean Debeaupuis a rappelé que la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes avait fixé comme objectif d'atteindre un taux de 62% de chirurgie ambulatoire en 2020.

Mais ce virage "ne se limitera pas à la seule chirurgie", a observé le DGOS. Il concerne aussi le transfert des prises en charge vers la ville et, en établissement, la médecine ambulatoire, les soins de suite et de réadaptation (SSR) ambulatoires ou le développement de l'hospitalisation à domicile (HAD).

Ces réorganisations "seront l'occasion de transformations importantes qui permettront de raccourcir les durées moyennes de séjour", a souligné le DGOS.

Reconnaissant que ces transformations n'étaient "pas faciles", il a assuré que les établissements pourraient être "aidés" par l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap), "sur la base du volontariat".

"Le rôle des directeurs sera crucial pour que cet ambitieux défi du plan triennal, soit relevé avec vos communautés hospitalières, en pleine autonomie et dans un dialogue de gestion respectueux des missions de chacun", a-t-il affirmé à l'intention des directeurs présents dans la salle.

"La ministre vous fait toute confiance pour traduire ces objectifs de manière pertinente et adaptée et dans le respect du dialogue social. Les agences régionales de santé seront présentes, à la fois pour vous guider, vous accompagner dans cette démarche, sans s'immiscer dans la gestion hospitalière", a-t-il ajouté.

AIDES MAINTENUES POUR CERTAINS HOPITAUX

Les orientations de la campagne budgétaire pour 2015 sont en cohérence avec celles relatives au plan d'économies, a-t-il précisé.

Jean Debeaupuis a affirmé que les ARS continueront à porter une attention "constante" aux établissements qui connaissent des difficultés de trésorerie et à leur "venir en aide".

Il a également précisé qu'une première enveloppe de 20 millions d'euros avait été intégrée dans l'Ondam pour la sécurisation des encours d'emprunts structurés de certains établissements.

san/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com


Aucun commentaire:

Archives du blog