.

28/12/2015

communiqué d'HOSPIMEDIA

Les intersyndicales de praticiens hospitaliers déplorent un "consensus mou" sur la gouvernance

Publié le 22/12/15 - 11h48 - HOSPIMEDIA

Ce lundi 21 décembre se tenait la première réunion de concertation dans le but d'élaborer les décrets d'application de la loi de Santé, votée le 17 décembre dernier. A l'ordre du jour de cette première session : gouvernance et prolongation d'activité pour les praticiens hospitaliers. Les syndicats sont mitigés et attendent la suite.
Ce lundi 21 décembre, quatre jours après le vote de la loi de Santé (lire ci-contre), le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a reçu les organisations représentatives des praticiens hospitaliers (PH), les conférences de directeurs et de présidents de commission médicale d'établissement et la FHF. Ce rendez-vous est une première étape dans la concertation des décrets portant sur la gouvernance et sur la prolongation d'activité pour les PH.

Sur la gouvernance ? "Un consensus mou"

Il a ainsi été question d'étudier un projet de décret "relatif à la commission médicale d'établissement (CME), au règlement intérieur et aux fonctions de responsables de services, de structures internes ou unités fonctionnelles des établissements publics de santé.Hospimedia s'est procuré ce projet de décret. Il prévoit de renforcer le rôle des chefs de pôle et président de CME. Ils donneront leur "avis" avant toute nomination d'un chef de service par le directeur d'établissement. "C'est positif mais on aurait voulu aller plus loin", regrette Norbert Skurnik le président de la Coordination médicale hospitalière (CMH), membre de l'intersyndicale Convergence HP. L'enthousiasme est tout relatif également du côté d'Action praticiens hôpital (APH). "Comme on pouvait s'y attendre, il n'y a pas beaucoup d'avancée sur la question. On aurait voulu encore plus d'équilibre, plus de démocratie et de renouvellement. À force de chercher toujours le consensus, on finit par trouver un consensus mou, celui du plus petit dénominateur commun", déplore la présidente de l'intersyndicale nouvellement fondée, Nicole Smolski. L'Intersyndicatnational des praticiens hospitaliers (INPH) préfère relativiser : "sur la gouvernance, le texte est un compromis. On prend bien sûr, tout cela va dans le bon sens mais ce n'est pas une victoire. On est simplement revenu sur des effets néfastes de la loi HPST. Ce n'est que le début...", confie Rachel Bocher, la présidente de l'INPH.

Les décrets attendus ? "GHT, DPC et début de carrière"

Car les syndicats ont déjà le regard tourné vers d'autres décrets. Ce 21 décembre a aussi été examiné un projet de décret sur la prolongation de l'activité des PH. "Rien de bien nouveau", résume Norbert Skurnik. Ce projet permet en effet de prolonger l'activité des praticiens qui le souhaitent jusqu'à l'âge de 70 ans, pour tenir compte des évolutions démographiques de la profession. "Ça ne changera rien à l'attractivité de l'hôpital public et ça peut même donner aux jeunes une étonnante image de notre profession... C'est un "non-décret", qui ne concerne pas grand monde", note Nicole Smolski. Les décrets attendus par le monde syndical ? "On souhaite un autre débat, celui sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT). Nous avons demandé aux pouvoirs publics qu'il soit mené au plus vite, avec un calendrier précis", rappelle Nobert Skurnik. Ce calendrier devrait être connu le 11 janvier prochain. La concertation devrait se poursuivre, toutes les six semaines environs. Le prochain rendez-vous est fixé aux 12 et 13 janvier prochains. Il est déjà très attendu. L'ordre du jour fait état de discussion sur le développement professionnel continu (DPC), le temps de travail et l'attractivité au travers des débuts de carrières des jeunes. "Des points fondamentaux, confirme Nicole SmolskiOn va enfin rentrer dans le vif du sujet".
Clémence Nayrac

Aucun commentaire:

Archives du blog